Cuisine du monde : découvrez la cuisine vietnamienne

Cuisine du monde : découvrez la cuisine vietnamienne

Il n’y a rien de mieux qu’un voyage gastronomique pour connaître profondément un pays. Riche, variée, exotique, fin et bon marché, la cuisine vietnamienne est très appréciée de voyageurs de quatre coins du monde.

Selon le New York Times, cette cuisine mérite la ” nouvelle star culinaire de l’Asie” et voit en elle une des 10 meilleures cuisines au monde. Le président Barack Obama l’a bien apprécié lors de son voyage au Vietnam en mai 2016.

La variété des plats vietnamiens selon la région

Le Vietnam est connu pour un des pays d’Asie bénéficiant d’une cuisine variée qui se partage en trois grandes régions (le Nord, le Centre et le Sud ). Chacune de ces régions possède ses propres spécialités typiques dont les saveurs et les goûts varient selon leur climat. Le Nord se caractérise en fait par une cuisine plus salée que dans les deux autres parties du pays, tandis que le Centre mange plus épicé. Le Sud préfère quant à lui les mets sucrés, avec une abondante utilisation de lait de coco.

Repas vietnamien

Malgré le rythme rapide de la vie moderne, les vietnamiens préfèrent les repas familiaux. La cuisine vietnamienne se compose de 4 principaux éléments: riz, légumes, viandes ou poissons.

Riz : le riz est sans doute une nourriture indispensable au Vietnam. Il y est plutôt collant et parfumé et il est utilisé avec d’autres plats.

Légumes : les vietnamiens mangent beaucoup de légumes. Une grande variété de sortes de légumes et de fruits est présente dans toutes les recettes. Ces légumes sont généralement bouillis ou sautés avec de l’ail et la viande.

Les plats du jour : Ils sont préparés souvent à base de viande ou de fruits de mer. Ils sont salés pour manger avec le riz blanc.

Nuoc mam ( sauce de poisson): si les occidentaux utilisent le sel, les chinois utilisent souvent la sauce de soja, les vietnamiens aiment le “nuoc-mam”. Cette sauce salé peut remplacer le sel dans la plupart des préparations culinaires. Il est encore considérée comme un assaisonnement sur la table.

Cuisine vietnamienne : l’art de manger

Sur la table, tous les plats sont disposés au milieu de la table avec un grand nombre de condiments: piments, nuoc-mam, poivre. Des petits bols et des baguettes sont évidemment les éléments nécessaires d’un repas vietnamien comme le sont un couteau, une fourchette, une cuillère dans des pays occidentaux.

Histoire de la gastronomie viet et de la cuisine vietnamienne

Utilisation des baguettes

Pour les étrangers, il n’est pas facile de diriger 2 baguettes minces pour attraper des légumes, de la viande… Voilà, c’est la façon d’utiliser des baguettes.

  • Placer les deux baguettes dans le creux formé par le pouce et l’index de la main droite ou de la main gauche pour les gauchers.
  • Fermer la main sans forcer de manière que les baguettes soient soutenues dans le haut par le pouce. Majeur, annulaire et auriculaire viennent automatiquement se placer autour des baguettes. L’auriculaire doit soutenir la baguette se trouvant vers le corps. Cette baguette est aussi soutenue par la partie inférieure du pouce, qui exerce une légère pression. La deuxième baguette repose légèrement sur le majeur. Elle est en plus maintenue par l’index et l’extrémité du pouce.

Yin et Yang dans la cuisine vietnamienne

Dans la culture du Vietnam, le Yin et le Yang sont omniprésents: dans les habitudes, la médecine, ainsi que la cuisine, etc… La théorie de Yin et de Yang composant de 5 éléments (Eau, Feu, Bois, Métal et Terre) occupe une place importante dans la vie. Ils représentent les deux pôles de toutes choses, une dualité à la fois contraire et complémentaire. Tout ce qui est fluide, froid, humide, sombre, passif, intérieur, d’essence féminine comme le ciel, la lune, la nuit, l’eau, l’hiver… est de nature Yin. Au contraire, est de nature Yang tout ce qui est solide, chaud, lumineux, actif, extérieur, d’essence masculine comme la terre, le soleil, le feu, l’été. Le Yin et le Yang n’existent pas l’un sans l’autre, mais toujours l’un dans l’autre. Toute chose et tout être sont constitués d’une partie de Yin et d’une partie de Yang, qui se trouvent normalement en équilibre. Si cet équilibre est perdu, la chose ou l’être sera menacé. Le bon équilibre du Yin et du Yang maintient la vie et assure la santé et l’ordre.

Les marchés locaux sont au centre de la cuisine vietnamienne

La cuisine vietnamienne se caractérise bien entendu par la théorie de Yin et Yang qui a suscité beaucoup l’attention des voyageurs. On doit chercher à combiner les ingrédients. L’équilibre intérieur du corps sera menacé si l’on ne mange que des plats de nature Yin ou de nature Yang. Vous trouverez toujours des ingrédients Yin et Yang dans un plat vietnamien pour retrouver cet équilibre Par exemple: Le gingembre (Yang) est toujours présent dans les plats préparés à base d’ ingrédients de nature Yin comme: fruits de mers, poulet, œufs couvés.

Cette notion s’applique encore dans les méthodes médicales. Pour les Vietnamiens, manger c’est se soigner. Donc, lorsque les médecins distinguent des maladies de nature Yin, ils utilisent des ingrédients de Yang pour les guérir ou l’inverse. Par exemple, le mal au ventre ( Yin) peut être combattue efficacement avec des plats ayant tendance à porter la nature Yang (gingembre, galanga).

La recette originale des nems vietnamiens

cuisine vietnamienne : recette originale des nems vietnamiens

Ingrédients pour 30/40 nems :

  • 400 g de porc haché
  • 100 g de vermicelles transparents
  • 6 œufs
  • 30 galettes de riz
  • 100 g germes de soja
  • 200 g de salade + quelques feuilles de marjolaine
  • 50 g de champignons Shiitake séchés
  • 50 g de champignons noirs séchés
  • 1-2 oignon
  • 2 carottes
  • 5 ciboules
  • 2 citrons verts
  • 4 échalotes
  • Sauce de poisson (Nuoc Mam)
  • Huile de tournesol (pour la cuisson des nems)

Vous avez déjà entendu parler ou même déguster le nem vietnamien, un plat très connu de la gastronomie vietnamienne. À travers ce plat, vous comprendrez profondément toute la subtilité de la cuisine vietnamienne !

Pour la farce

Hâcher la viande de porc. Laver les germes de soja et les laisser égoutter. Laver des salades et les laisser égoutter. Laver et couper finement une 2/3 de la quantité des carottes. Faire tremper le vermicelle dans de l’eau tiède dans 15 minutes, l’égoutter et le couper finement. Faire tremper les champignons Shiitake, et les champignons noirs dans de l’eau chaude dans 15 minutes. Et les couper finement. Hâcher l’oignon, couper les échalotes. Dans une casserole, mettre la viande de porc, les germes de soja, les champignons coupés, l’oignon, les carottes, les échalotes. Verser ensuite des rouges d’œufs car les rouges d’œufs feront des nems plus jaunes et croquants. Rajouter un peu de sel, du poivre. Mélanger tous les ingrédients et laisser mariner pendant environs 15 minutes.

Pour le pliage des nems

Prendre une galette de riz et la tremper rapidement dans le bol d’eau pour ramollir la galette suffisamment afin de faciliter le roulage. Sur chaque galette de riz, déposez un petit farce en haut et au centre de la feuille. Roulez , puis replier le côté de gauche, puis la droite et continuez de rouler.

Cuisine vietnamienne : le pliage des nems !

Cuisson des nems

Une fois que l’huile est bien chaude, faire frire 15 minutes dans l’huile jusqu’à ce que les nems soient entièrement dorés et croquants. Retirer et déposez-les sur du papier absorbant.

Préparation de la sauce

Mélanger les ingrédients selon le taux suivant: 3 unité de l’eau + 1 unité de citron/du vinaigre + 1 unité de sucre + 1 unité de nuoc mam. Hâcher les ails. Ajouter l’ails hâchés dans la sauce. Couper finement le reste des carottes et les papayes. Ajouter des carottes, papayes et un peu de pigment dans la sauce.

Les nems se mangent chauds, avec les vermicelles de riz, les salades, les feuilles de menthe et d’autres herbes aromatiques.

Les 3 meilleurs endroits où manger à Hanoi :

Lors d’un voyage à Hanoi, pensez à une découverte de la cuisine vietnamienne. C’est sans doute une opportunité de découvrir la riche culture vietnamienne. Mais où aller pour déguster les meilleures spécialités vietnamiennes ?

  1. Cha Ca La Vong pour déguster un Cha Ca (poisson grillé à l’aneth, une des grandes spécialités de Hanoi). Restaurant de quartier – 4 à 6€
  2. Quan An Ngon un restaurant très populaire, produit frais et très économique. Une valeur sûre et vous mangerez vraiment comme les vietnamiens !
  3. Little Hanoi, mention spéciale pour les rouleaux de printemps ! – 4 à 8€

 

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles du même auteur :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus personnalisés, et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus >

Restez informés de nos bons plans

Nouveaux contacts, circuits, offre promo