Le processus de fabrication de la soie en Ouzbékistan

Le processus de fabrication de la soie en Ouzbékistan

On ne peut voyager dans un pays tel que l’Ouzbékistan, symbole de la Route de la soie par excellence, et ne pas parler ce tissus si précieux. Nuriddin, de l’agence Silk Road Explorer nous explique le processus de fabrication de la soie en Ouzbékistan, depuis l’élevage des vers jusqu’au tissage.

Plusieurs fabriques de soie peuvent être visitées. Nous vous invitons à découvrir la fabrique de soie Yodgorlik de Margillan, à 20 minutes en voiture de Fergana. Notre guide vous expliquera en détails le processus de fabrication, de teinture et de tissage de la soie, procédé millénaire et aujourd’hui encore effectué ici avec les moyens d’antan, c’est-à-dire sans électricité

L’élevage des vers à soie en Ouzbékistan

Cocons de vers à soie en Ouzbékistan.

Au début, les œufs ont la taille très minuscule, comme une tête d´épingle. Ils sont conditionnés dans une boite de 10 cm2 et 1 cm d’épaisseur qui pèse à peu près 1 gramme, où il y a environ 2500 œufs et qui donne entre 20 et 25 kg de cocons. A la fin du mois d’avril et au début de mai, les œufs éclosent. Il est nécessaire de nourrir les vers à soie immédiatement avec des feuilles de mûrier en les gardant dans une chambre où la température est entre 20 et 25 degrés.

Pendant 15 à 18 jours, les vers dévorent les feuilles de mûrier, grandissent puis commencent à filer leurs cocons. Le mûrier n’a pas besoin d’un terrain particulier, il peut pousser partout en Ouzbékistan. Une partie des cocons est gardés pour avoir des oeufs l’année suivante. Ils sont placés dans un endroit frais où la température ne dépasse pas de 20 degrés et où il ne gèle pas. Le reste des cocons secs est stocké dans des sacs de 50 kg et envoyé dans des fabriques de dévidage.

La fabrique de la soie en Ouzbékistan

Processus de fabrication de la soie en Ouzbékistan.

Il y a 2 étapes importantes:

1. Dévider le cocon de son fil

L’étape de dévidage consiste à placer les cocons de ver à soie dans des chaudrons remplis d’eau bouillante. On remue, une baguette en bois qui permet d’attraper les bouts de fil qui se détachent de chaque cocon. Une fois attrapés, ils sont enroulés par un rouet qui tourne et fait dévider les cocons. Chaque cocon peut donner un seul fil continu de 600 à 1000 m de longueur. Pour faire un fil cela nécessite les fils de 15 à 25 cocons. Pour la soie lourde, il faut en avoir entre 25 et 50.

2. Traiter le fil de soie

Une fois dévidée, la soie doit être décreusée pour enlever la sérosine (la cire qui couvre les fibres de soie et qui les rend dures). Cette opération nécessite de les faire cuire dans de l’eau savonneuse pendant une demi-heure . Le résultat donne la fibre douce qui constitue la soie. Il faut 24km de soie pour une étole. On y dessine les motifs, extraits du répertoire traditionnel ou inspirés d’autres sources, livres par exemple. Ces motifs vont déterminés les couleurs utilisées. Un mois entier est nécessaire à la réalisation de ces premières étapes : préparation du fil, tissage et teinture.

L’atelier de tissage est rempli de machines tout en bois et peintes de couleurs vives. Le travail de tissage est uniquement effectué par des femmes, impressionnantes de dextérité et de patience. Un second mois est nécessaire au tissage de – rappelez-vous – la centaine d’écheveaux pour 24 km de soie. La soie est également utilisée pour de magnifiques tapis, tissés entièrement à la main !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles du même auteur :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus personnalisés, et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus >

Restez informés de nos bons plans

Nouveaux contacts, circuits, offre promo