Préparer son voyage en Mongolie

Préparer son voyage en Mongolie

Partir en vacances, c’est toute une organisation. Que ce soit pour les formalités avant le départ, la valise, ou encore l’itinéraire, il est important d’être bien renseigné afin d’éviter les mauvaises surprises. Et pour ça, rien ne vaut les conseils d’un expert local! Anya, de l’agence de voyage Évasion Mongolie nous fait part des ses meilleures astuces pour préparer son voyage en Mongolie.

Les informations importantes pour préparer son voyage en Mongolie

préparer son voyage en Mongolie, c'est aussi bien connaître la population locale.

Quand partir?

La Mongolie possède 4 saisons bien marquées :

  • L’hiver est long (novembre à mars) et rigoureux avec des températures négatives pouvant descendre jusqu’à -40°C. Les mois les plus froids sont décembre et janvier. Le temps est plutôt sec et les chutes de neige peu nombreuses. Un séjour en Mongolie en cette période peut-être une expérience inoubliable notamment si vous séjournez chez l’habitant durant le Tsagaan Sar (nouvel an lunaire).
  • Le printemps est une saison de transition très courte (avril – mai). Les températures remontent mais le froid persiste et c’est également la période des tempêtes de sable. Le mois de mai est particulièrement instable et on peut voir les 4 saisons défiler dans la même journée. Cependant, c’est également la période où les animaux mettent bas, ce qui la rend idéale pour prendre part à la vie nomade et observer le travail des éleveurs.
  • L’été qui dure de juin à mi-septembre est la saison la plus agréable pour visiter la Mongolie. Les températures dépassent les 20°C et il arrive que juillet et août soient très chauds notamment dans le Gobi. Juin et juillet peuvent être humides avec de fréquentes pluies en soirée. A partir de mi-août les nuits se font plus fraîches mais les journées restent ensoleillées et agréables.
  • L’automne, tout comme le printemps, est très court. A partir de mi-septembre le paysage se teinte de couleurs automnales et la neige peut commencer à tomber dès cette période. La Mongolie peut facilement se visiter jusqu’à fin octobre car les journées restent sèches et ensoleillées mais il faudra parfois compter sur des températures négatives.

Venir en Mongolie

En avion, les compagnies desservant la Mongolie depuis l’Europe sont peu nombreuses.

  • AEROFLOT
    Vos réguliers au départ de nombreuses villes européennes avec escale à Moscou.
  • AIR CHINA
    Vols réguliers au départ des principales capitales européennes avec escale à Pékin.
  • KOREAN AIR
    Vols réguliers au départ des principales capitales européennes et vols saisonniers au départ de certaines grandes villes – Escale à Seoul.
  • MIAT – Mongolian Airlines
    Compagnie nationale mongole avec des départs de Berlin avec escale à Moscou ou Francfort (vol direct).
  • TURKISH AIRLINES
    Vols réguliers au départ de nombreuses villes européennes avec escale à Istanbul et arrêt à Bishkek (Kirghizistan).

Hors saison comptez entre 600 et 750 € pour un vol de Paris à Oulan-Bator. Entre juin et août les prix peuvent vite monter et dépasser les 1000€. Possibilité d’acheter des billets “open jaw” si vous souhaitez par exemple attérir à Pékin et repartir de Moscou après un périple en Transsibérien. Si vous prenez des vols intérieurs vérifiez bien la franchise de bagages autorisée. En effet, le poids est souvent plus limité que sur les vols internationaux.

Il est possible de se rendre en Mongolie par le train depuis la Russie ou la Chine avec le Transsibérien. Réservez vos billets le plus tôt possible car il peut être difficile de trouver des places, notamment en été.

Visas et formalités administratives

Pour pouvoir entrer sur le territoire de la Mongolie les ressortissants étrangers (sauf nationalités exemptées de l’obligation du visa mongol) doivent être muni d’un visa mongol en cours de validité, d’un passeport ou d’un autre document de voyage valide et reconnu par les autorités mongoles. Le visa de court séjour est d’une durée de 30 jours maximum et coûte 60€. Si vous désirez rester plus de 30 jours et moins de 90 jours, un visa de long séjour est nécessaire. Le prix pour ce dernier est de 100€ et une lettre d’invitation émise par un organisme mongol doit être obligatoirement jointe au dossier de demande de visa.

Pour plus de renseignements, consulter le site de l’ambassade de Mongolie en France. Des organismes tels Mon-visa.com et Visa-Mongolie peuvent également s’occuper des démarches notamment si vous ne pouvez pas vous rendre à l’ambassade. Il vous en coûtera des frais de dossier et de courrier supplémentaires. Attention, si vous devez vous rendre en Chine ou en Russie après votre séjour en Mongolie vous devez impérativement vous procurer le visa approprié auprès des ambassades concernées. Evasion Mongolie n’est pas habilitée à faire ces démarches.

À ne pas oublier dans sa valise

Voici une liste non exhaustive de ce qu’il est conseillé de prendre pour un séjour en Mongolie :

Duvet chaud
(confort 0° minimum même en été)Drap de sac (sac à patate)Lampe frontale ou lampe de poche

Chaussures de marche

Chaussettes de randonnée

Trousse à pharmacie

Chapeau ou casquette

Maillot de bain

Shampoing sec

Lingettes humides

Serviette de toilette en microfibre (plus légères et séchage plus rapide)

Batterie supplémentaire pour appareil photo

Chargeur sans fil (solaire ou USB)

Couteau multifonction

Petits cadeaux si rencontre avec les familles nomades (échantillons de parfum ou cosmétiques, kits de couture, papier à cigarette épais, puzzles, ballons, livres de coloriage, crayons, etc.)

Jeux pour les soirées en bivouac ou en famille nomade

Les endroits  à ne pas manquer en Mongolie

L’aimag de l’Övörkhangai

Capitale : Arvaikheer

Altitude : 1913 mètres

Population : 111 314 habitants (2011)

Ethnie : Khalkhas

Superficie : 62 900 km²

Ecosystème : steppe semi- aride

Au nord de la province de l’Övörkhangaï se trouve le versant sud de la chaîne du Khangai ; au sud commence le désert de Gobi. Le nord abonde en lacs et en rivières prenant source dans le Khangai. Cette partie de l’aimag ne compte pas moins de 48 volcans éteints qui ont laissé de magnifiques coulées de lave et créé des plateaux basaltiques. Au nord-est de l’aimag, le monument Övörhöshööt hüïs marque le centre géographique de la Mongolie. Les capitales et les palais des anciens empires mongols (sauf celui des Yuan déplacé alors à Pekin) étaient situés près de ce centre géographique dans la vallée de l’Orkhon.

Les incontournables

  • Kharkhorin
    Le sum de Kharkhorin abrite les vestiges de la capitale gengis khanide Karakorum. Bâtie en 1220 sur les rives de l’Orkhon, l’ancienne capitale fut entièrement rasée par les troupes Ming en 1388. Il n’en reste que quelques vestiges : deux tortues en granit, les soubassements d’un palais, des lions en pierre, deux colonnes phalliques et quelques traces de canaux d’irrigation.
  • Le Monastère Erdene Zuu
    Le monastère Erdene Zuu est probablement le monastère bouddhiste de l’école Gelugpa du bouddhisme tibétain le plus ancien de Mongolie. Il est situé dans la province de l’Ovörkhangai, près de la ville de Kharkhorin et adjacent à la ville ancienne de Karakorum. Il fait partie de la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO appelé paysage culturel de la vallée de l’Orkhon. Le monastère a été construit en 1585 par Abdaï Khan à l’extérieur de l’enceinte des ruines de Karakorum, après l’introduction du bouddhisme en Mongolie comme religion d’État. Les pierres des ruines de l’ancienne capitale ont été utilisées dans sa construction. Il est entouré d’un mur présentant 108 stupas (108 est un nombre sacré et c’est le nombre de perles que l’on trouve dans un rosaire – mala – bouddhiste). Le monastère a été endommagé par la guerre dans les années 1680, mais a été reconstruit au XVIIIe Siècle, puis en 1872. Il comprenait un total de 62 temples. Durant des siècles, Erdene Zuu fut le sanctuaire religieux le plus important de Mongolie. Cependant il fut victime des purges communistes de la fin des années 1930 qui n’épargnèrent que le mur extérieur avec ses 108 stupas et trois petits temples transformés en musée en 1947. Un chercheur prétend que le président américain Franklin Roosevelt aurait fait pression sur Staline pour que le monastère soit épargné de la destruction totale. Jusqu’en 1990, Erdene Zuu n’a pu exister qu’en tant que musée et ce n’est qu’avec la chute du communisme qu’il a pu être remis aux lamas et redevenir un lieu de culte. Aujourd’hui, Erdene Zuu reste un monastère bouddhiste actif et un musée prisé des touristes.
  • La Vallée de l’Orkhon
    La vallée de l’Orkhon est une vallée de Mongolie dans laquelle coule la rivière Orkhon, affluent de la Selenge. Inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO, elle abrite de nombreux vestiges archéologiques. Parmi ces vestiges se trouvent les inscriptions de l’Orkhon (datant du VIIe au Xe siècle), les plus anciennes traces d’écriture des langues turques (vieux-turc, utilisé par les Köktürks), surnommées par les archéologues et les linguistes l’Alphabet de l’Orkhon. Une région d’environ 1 220 km2 a été délimitée par l’UNESCO pour son passé historique. Elle inclut le site de Karakorum, ancienne capitale de l’Empire mongol ainsi que les ruines de Khar Balgas, l’antique capitale de la période Khanat Ouïghour. Le scientifique Piotr Kouzmitch Kozlov a également découvert plusieurs tombeaux impériaux hunniques dans la vallée de la rivière.
  • Les chutes de l’Orkhon
    Les chutes de l’Orkhon, hautes de 24 mètres, se sont formées il y a 20.000 ans à la suite d’une combinaison unique de tremblements de terre et d’éruptions volcaniques. Elles ont au cœur de l’été un débit très important, mais peuvent être asséchées au printemps. C’est la rivière Ulaan Tsutgalan, « Confluence Rouge », qui forme ces chutes en se jetant dans la rivière Orkhon.
  • Le parc national de Naiman Nuur
    Naiman Nuur communément appelée région des “Huit lacs” est une zone protégée de haute montagne de 11 500 hectares. Alimentés par la rivière Urkit, et entourés de volcans éteints, les lacs sont situés à 2500 mètres d’altitude. Le plus grand d’entre eux est le lac Shireet considéré comme le plus beau lac de la région. Le parc national comporte également des sous-prairies alpines, ainsi que des forêts de conifères (pins et mélèzes de Sibérie). Dans le nord de la zone, on rencontre des vallées jonchées de pierres volcaniques.
  • Monastère Tovkhon
    Construit au 16e siècle par Zanabazar, le premier chef religieux de Mongolie, le monastère Tovkhon, est situé au sommet d’une montagne boisée et est entouré par de nombreuses roches et grottes de méditation. Pour y accéder, une heure de montée à pied est nécessaire, ce qui permet de faire une belle randonnée au coeur de montagnes boisées.

Les endroits pour fuir les touristes

Aïmag du Khentii

Capitale : Chinggis Khot (anciennement Öndörkhaan)

Superficie : 80 300 km²

Population : 65 811 habitants

Densité : 0,82 hbts/km²

Ethnies : Khalkha et Bouriates

Cette région tire son nom de la chaîne de montagne dont elle englobe le versant oriental : la chaîne du Khentii, qui fait partie d’une immense zone strictement protégée et dont le point culminant est le Khan Khentii (2362 m) au nord. Le sud de la zone montagneuse forme un paysage de steppes irriguées par des rivières, des lacs et quelques sources chaudes.

La rivière Kherlen au bord de laquelle se situe la ville d’Öndörkhaan prend sa source dans le Khentii et s’écoule sur 1264 km. On trouve également la rivière Cenkher dominée par le mont Baïan Ulaan au pied duquel de nombreuses familles nomades installent leur campement d’hiver. Le Khentii est étroitement lié à l’histoire de Gengis Khan qui y grandit et y posa les fondements de l’Empire mongol. C’est également depuis Delgerkhaan qu’il a lancé ses expéditions militaires. Cependant comme il s’agissait d’un empire nomade il existe peu de trace de son existence.

Les incontournables 

  • Musée d’ethnographie de Chinggis Khot
    Excellent musée aménagé dans la demeure du Tsetseg Khan (XVIIIe s), un prince mongol de l’époque de la domination mandchoue. Il présente des costumes ethniques, des bijoux khalkha en argent, une tenue de chaman, des pièces d’échec et des jouets en bois ainsi que le portrait du dernier Tsetseg Khan datant de 1923 et des armes du 13e siècle. Une yourte de cérémonie comporte de belles ornementations et un mobilier en bois finement sculpté.
  • Monastère Baldan Bereeven
    Ce monastère se situe sur le versant sud de la montagne Delgerkhaan à 10 km au nord-est du lac Khangal, à l’opposé de la rivière Jargalant. Il est considéré comme le centre oriental du bouddhisme Khalkha. Construit en 1784, à son apogée il abritait près de 5000 lamas et était l’un des trois plus grands monastères de Mongolie. Bien qu’il fut détruit par les communistes dans les années 1930, Baldan Bereeven a en grande partie été restauré et un petit temple y a repris une activité grâce à des fonds américains. Le temple principal rénové en 2010 recèle de superbes dragons au plafond.
  • Zone strictement protégée de Khan Khentii
    Immense zone protégée de 1,2 millions d’hectares qui englobe la région nord-ouest du Khentii et le mont Burkhan Khaldun considéré comme le lieu où se trouverait le tombeau de Gengis Khan. Le parc est presque totalement inhabité mais abrite des espèces rares telles que l’élan, l’ours brun ou la belette, et plus de 250 espèces d’oiseaux.
  • Deluun Boldog Deluun Boldog
    C’est un ensemble de collines. Au sommet de l’une d’elle se trouve une pierre commémorative, installée en 1990 pour le 750e anniversaire de la rédaction de “L’Histoire secrète des Mongols”, sur laquelle une inscription affirme que Gengis Khan serait né ici en 1162.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles du même auteur :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus personnalisés, et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus >

Restez informés de nos bons plans

Nouveaux contacts, circuits, offre promo