La région du Bromo en Indonésie, entre tradition et authenticité

La région du Bromo en Indonésie, entre tradition et authenticité

Entre ses légendes et ses célébrations religieuses et culturelles, la région du Bromo en Indonésie à de quoi attirer les voyageurs adeptes d’histoire, de culture et d’authenticité. Partez à la rencontrer du volcan Bromo, pierre angulaire de l’imaginaire Tengger.

Le peuple Tengger de la région du Bromo en Indonésie

Les Tengger sont environ 40 000. Ils habitent sur les pentes du volcan Semeru et tout autour de la caldeira de Tengger, dans la région de Probolinggo, Pasuruan, Lumajang dan Malang. Les Tengger parlent une variante du javanais (Jawa Tengger) qui est en réalité du javanais ancien, sans niveaux de langue. Le massif de Tengger est considéré comme sacré depuis l’époque du royaume hindouiste de Majapahit au XVème siècle. La population y restée hindouiste même après l’islamisation de Java, bien que les vestiges tangibles de cette lointaine époque soient très peu nombreux (on a retrouvé les restes d’une cloche de bronze sur le versant nord du massif).

Selon la croyance locale, les Tengger seraient les descendants d’un couple mythique : Joko Seger (fils d’un prêtre brahmane) et Roro Anteng (fille d’un roi de Majapahit). À l’époque du royaume de Majapahit, aux XIèmè et XVème siècles, les habitants du Tengger avaient un statut spécial. En effet, dans cette région se trouve, au sud du Bromo, le volcan Semeru, considéré comme le séjour des dieux par les hindouistes de Java. Les habitants du Tengger étaient donc considérés comme les gardiens du lieu. Lors de l’islamisation de Java, les habitants de Tengger restèrent hindouistes jusqu’à nos jours.

Le Bromo, un volcan au coeur de toutes les croyances

Panorama de la région du Bromo en Indonésie.

Le volcan Bromo est l’incarnation du dieu hindou Brahma, qui est aussi le dieu du feu…En tant que tel, ce volcan est vénéré et craint par les Tengger. Chaque année, ils observent la cérémonie du Kasodo qui consiste à faire des offrandes au cratère, ainsi que d’autres rituels hindouistes.

À son arrivée dans les montagnes de l’Est de Java, le petit peuple des Mojopahit était dirigé par le prince Joko Senger (fils d’un prêtre brahmana) et la princesse Roro Anteng. Ils s’aimaient, mais se désolaient de ne pas avoir d’enfant. Un jour qu’ils s’étaient retirés dans une grotte du Mont Penanjakan, le dieu Brahma leur apparut. Il leur promit vingt-cinq enfants à la condition qu’ils lui offrent l’aîné, destiné à son service. Bien sûr, ils firent la promesse et commencèrent à avoir des enfants. Le bonheur régnait sur leur famille et sur toute la région, les enfants grandissaient et le premier d’entre eux, Raden Kusuma, était certainement leur préféré. Plus le temps passait, plus ils oubliaient leur promesse et ne pouvaient se résoudre à sacrifier leur fils aîné. Le dieu s’impatientait… Bientôt une série de calamités s’abattit sur la région. Les récoltes commencèrent par sécher sur pied, puis le volcan Bromo fit pleuvoir des cendres. Partout où ils allaient, le prince, la princesse et leurs enfants étaient poursuivis par la colère des dieux.

La famille princière courait de cachette en cachette et un jour, alors qu’ils passaient tous au pied du volcan Bromo, le feu sortit du cratère et s’empara de Raden Kusuma. Avant d’être entraîné au fond du cratère, le jeune prince demanda au peuple de faire des offrandes annuelles au dieu qui vivait dans le volcan. Ces offrandes devaient être faites en souvenir de lui, qui s’était offert au dieu pour que toutes les calamités déjà endurées ne se reproduisent pas. Cela s’était passé le jour de la pleine lune du mois de Kasodo.

Les cérémonies de la région du Bromo en Indonésie

Panorama de la région du Bromo en Indonésie.

La cérémonie de Kasodo 

Chaque année, le jour de la pleine lune du mois du Kasodo, les descendants du royaume de Mojopahit vont rendre hommage au prince Raden Kusuma et honorer Brahma. Dès 5h00 du matin, une longue procession s’organise et descend dans la caldera, où des prêtres hindous attendent les pèlerins pour les bénir et bénir leurs offrandes. La procession (melasti) est destinée à accueillir Sang Hyang Kuasa dans le temple Pura Luhur Poten, qui se trouve au milieu de la mer de sable. Les offrandes sont alors acheminées par un grand escalier jusqu’au rebord du cratère du Bromo. Après quelques prières en famille, les fidèles jettent les offrandes (ongkek) – poules, gâteaux et fleurs – dans le cratère béant du Bromo. A cette occasion, on nomme également les Dukun Tengger (chefs religieux coutumiers).Ceux-ci viennent de differentes régions (Probolinggo, Pasuruan, Tosari), Malang, Lumajang).

Lors de la cérémonie de nomination (Diksi Widhi), les candidats doivent monter sur une sorte d’estrade (Wulunan) amenagée à cet effet face au temple Pura Luhur Poten. Les Dukun Tengger doivent connaître les mythes et prières appelées Mantra Kulun. Ils sont seuls habilités à célébrer les cérémonies religieuses importantes. Actuellement l’évènement fait également l’objet pendant les quelques jours qui précèdent, de nombreuses manifestations culturelles : spectacles de danse, courses de chevaux dans la caldeira, développement toutefois récent….

Yadnya Karo : Au cours de cette célébration, qui a lieu au deuxième mois du calendrier Saka, on fait des prières aux dieux et aux ancêtres. Les maisons des villages font une opération «portes ouvertes» et invitent tous les passants à se restaurer chez eux.

Pujan Kapat : Au cours de ce rituel, qui se déroule au quatrième mois du calendrier Saka, des prières sont adressées aux points cardinaux pour demander santé et prosperité .

Pujan Kawolu : Cette cérémonie a lieu au huitième mois du calendrier Saka. Les habitants adresse des offrandes aux chefs coutumiers pour demander santé et prosperité.

Pujan Kasanga : Rituel célébré au neuvième mois du calendrier Saka. Les femmes apportent d’abord des offrandes chez le chef du village, qui sont bénies par les prêtres. Ceux-ci font ensuite le tour du village en procession au son de percussions traditionnelles et aux flambeaux.

Unan-Unan : Cérémonie qui n’a lieu que tous les cinq ans, et destinée à rendre un culte aux ancêtres. Au cours de ce rituel, on sacrifie un buffle. La tête et la peau du buffle sont placées sur un grand autel de bambou orienté vers le sanggar pamujan.

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles du même auteur :
benin terre vodou agence locale bacolo tours afrique
Bénin

Le Bénin, Terre du Vodoun

Le Vaudou reste une pratique peu connu ou matérialisé dans les médias comme une pratique de “magie noire”. En réalité, cette pratique relève beaucoup de la protection et une pratique culturelle.

Lire la suite >
× On discute sur Whatsapp ?

Présentez votre projet de voyage

Aussi sur Whatsapp

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus personnalisés, et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus >

Restez informés de nos bons plans

Nouveaux contacts, circuits, offre promo