Tsaatans et Lac Khovsgol : la Mongolie en hiver

La Mongolie en hiver ? Quelle idée ! Il fait froid, tout est fermé, la steppe verdoyante est toute blanche etc… Justement, l’hiver est le moment rêvé pour découvrir la Mongolie telle que personne ne la voit. Il fait froid, oui, mais un froid sec, qui rend les -20°C presque aussi supportables qu’un -5° européen. L’absence de touristes rend aussi l’expérience nettement plus authentique, et la découverte de la vie nomade prend tout son sens lors des longues veillées autour du poêle sous la yourte. Surtout, c’est en hiver où les paysages se transforment totalement, à l’image du lac Khövsgöl qui gèle entièrement.

Les glaces du lac Khövsgöl en Mongolie

Le lac Khövsgöl : le plus grand lac d’eau douce de Mongolie, le plus profond, véritable petit frère du Lac Baïkal en Sibérie voisine. Situé tout au nord du pays et bordé par une impressionnante chaîne de montagne, ses eaux gèlent entièrement en hiver. Tous les hivers se tient le Festival de Glace. Des mongols affluent de toutes les régions vêtus de leurs plus beaux deels (le costume traditionnel) pour admirer les sculptures sur glace ou participer aux différentes épreuves : tire à la corde, lutte, course de traîneaux ou de patinage. Ambiance festive et bon-enfant, le Festival de Glace est aussi le paradis des photographes. Les deels de toutes les couleurs créant une mosaïque incongrue contrastant avec le blanc de la neige et le bleu du ciel et de la glace.

La Mongolie en Hiver

Chez les Tsaatans, éleveurs de rennes mongols

Un peu plus loin, à une centaine de kilomètres derrière les montagnes, à l’ouest du lac, se cache la dépression de Darkhad et le lac Tsagaan Nuur, le « Lac Blanc ». Dans les bois, au fond de la taïga, se trouvent les derniers représentants du peuple Tsaatan. 500 individus de « ceux qui vivent avec les rennes » occupent un territoire à cheval entre la Sibérie et la Mongolie. Une petite moitié des Tsaatans continue à vivre selon leur mode de vie traditionnel. Pour eux, le renne remplace les chevaux, yaks, chèvres ou moutons que les autres nomades mongols élèvent. On se déplace sur son dos, on le vénère (chaque troupeau a un animal sacré, souvent de robe blanche), on s’en sert comme monnaie d’échange et parfois on le mange et on tanne son cuir pour s’en vêtir. Le renne est très résistant et les mâles peuvent porter jusqu’à 90kg en évoluant dans la neige et tout en se nourrissant exclusivement de mousse, de lichen, et de neige. Leur lait est extrêmement nutritif et remplace parfois le lait maternel dans l’alimentation des bébés Tsaatans. Nomades, les Tsaatans continuent à vivre au rythme des transhumances qui continue à les emmener toujours plus au nord, où lichens et moussent abondent encore, alors que le réchauffement climatique chamboule l’ensemble des écosystèmes régionaux.

La Mongolie en Hiver

Un avenir en demi-teinte pour les Tsaatans de Mongolie

L’avenir des Tsaatans, de leur mode de vie et de leur troupeau est peu reluisant. De 2000 bêtes en 1970, le cheptel des Tsaatans est de 600 aujourd’hui. La faute au réchauffement climatique, certes, mais aussi à des épidémies, à la collectivisation durant l’ère communiste, l’avancée des compagnies minières et la frontière russe qui les empêches de transhumer plus au nord. De nouvelles zones protégées leur interdit de chasser et de se mouvoir en fonction des besoins de leurs rennes. Finalement, nombreux sont ceux qui décident de se sédentariser dans la « ville » où sont scolariser les enfants.

Le tourisme représente aujourd’hui un nouveau défi. L’aubaine économique que cela représente est malheureusement accompagné de quelques effets secondaires, comme la transformation de leurs rites chamaniques ancestraux suite à une évangélisation active de certains missionnaires en vacances. Pourtant, le tourisme est bel et bien porteur d’espoir s’il est pratiqué avec douceur et respect. Ainsi, les familles peuvent profiter d’un pécule supplémentaire grâce à la vente de leur artisanat et à l’hébergement des voyageurs. Notre agence Ciel Mongol s’engage à vous faire découvrir cette région éloignée et ce peuple ancestral de la manière la plus responsable possible. Afin de ne pas exercer une trop forte pression sur leurs maigres ressources, nous arrivons avec nos propres réserves alimentaires. Nous ne nous contentons pas non plus d’arriver et de repartir mais nous nous immergeons dans leur quotidien pendant deux nuits qui seront l’occasion de rencontrer les membres clés de la communauté comme un chaman ou des anciens qui, riches en connaissances, pourront vous compter l’histoire de leur communauté.

La Mongolie en Hiver

Bref, un voyage en hiver en Mongolie, c’est l’occasion rêvée de découvrir une autre Mongolie, une Mongolie intime, chaleureuse, feutrée et parfois menacée qui ne se dévoile pas à n’importe qui.

En savoir plus sur les Tsaatans et le Lac Khovsgol en Mongolie
grâce à Ciel Mongol