On Plie Bagage : Rencontres, Voyage et Humour !

On Plie Bagage : Rencontres, Voyage et Humour !

« On Plie Bagage » c’est le projet d’une série de 5 à 10 documentaires. Après le premier épisode « Boréalis » pour lequel ils sont partis à la rencontre de Steph’ et Rémy, mushers en Laponie suédoise, les voici en Guyane, pour leur deuxième opus intitulé « Lagwiyan », où ils suivent Adrien, engagé aux côtés de l’association Kwata pour la protection des tortues Luth.

TripConnexion a voulu en savoir plus sur leur conception du voyage et la poursuite de leurs projets. Rencontre…

Bonjour Tania et Guillaume, votre projet vous a menés en Suède, désormais en Guyane, aviez-vous déjà voyagé auparavant ? Comment concevez-vous le voyage ?

Tania : Je n’avais pas beaucoup voyagé auparavant. C’est justement cette envie de mêler l’aventure à mon travail qui m’a poussé à réaliser un documentaire de voyage… Avant la Laponie, j’étais partie 3 semaines en Road Trip au Québec. C’était fabuleux, c’était mon rêve depuis des années, et c’était surtout mon premier grand voyage, à 20 ans ! Après la Laponie, je suis devenue reporter pour des Offices du Tourisme pendant 1 an et demi, ce qui m’a permis de rattraper le temps perdu : Israël, Monténégro, Kenya, USA… Et c’est en revenant de cette épopée qu’avec Guillaume nous avons décidé de faire de Boréalis le pilote d’une longue série ! Le voyage nourrit l’envie de voyage !

Le voyage c’est pour moi beaucoup d’introspection, j’aime voyager car ça m’aide à prendre du recul sur ma vie. C’est un échange : je découvre de nouvelles cultures, de nouvelles personnes, on partage un bout de nos vies, et au retour on se sent grandi.

Guillaume : Pour ma part oui, j’avais déjà pas mal bourlingué. En Europe mais aussi en Indonésie, Islande, New York… Le voyage doit être simple, que ce soit entre amis, en famille ou à deux. J’aime laisser une part d’imprévu et que tout ne soit pas programmé à l’avance. Je réserve toujours mes 2-3 premières nuits et ma dernière mais après j’aime me laisser le choix sur place. Je pars toujours avec mon argentique et le routard.

Avez-vous un pays rêvé qui nourrit vos fantasmes de voyageurs ?

Tania : Un pays pas forcément, une province oui ! Le Yukon (nord du Canada) me fait rêver. J’ai envie de découvrir ses paysages en canoë, durant l’été indien de préférence. Je trouve ses couleurs et son atmosphère fascinantes. Et comme je suis une passionnée d’images, partir avec mon appareil photo dans une telle région serait un vrai challenge pour moi : capter les lumières et l’immensité des décors, la faune… Ses légendes ont tellement bercé mon enfance ! Je veux voir de mes propres yeux ce que décrivait Jack London !

Guillaume : Je rêverais de pouvoir faire un safari photo en Afrique Noire. Je ne connais pas du tout ces paysages et depuis tout petit je rêve de partir à la rencontre de la faune de la savane. C’est quand même notre Terre-Mère là-bas !

Vous venez d’entamer votre périple en Guyane, combien de temps allez-vous rester là-bas, comment vont se dérouler vos journées, projetez-vous de visiter la région ?

Tania et Guillaume : Nous serons sur place 3 semaines. Le principe de notre série de documentaires est de découvrir une région à travers les yeux d’un français. Ici un métropolitain loin de son Alsace natale. Le documentaire est un itinéraire, donc oui l’objectif est d’observer la faune, et particulièrement les tortues Luth, et de l’observer dans différents milieux. Nous allons beaucoup bouger : quelques jours à Cayenne, puis aux Îles du Salut, dans la réserve de l’Amana puis sur le Maroni, deux jours dans le marais de Kaw… Nous ne resterons pas plus de 3 jours consécutifs au même endroit, et nous dormirons beaucoup en carbet, dans des hamacs ! Nous voulons vraiment nous immerger dans la forêt Amazonienne.

Quand pourrons-nous profiter de ce nouvel opus de votre série vidéo sur les expatriés français ?

Tania et Guillaume : Notre plus grand souhait serait qu’une chaîne télé diffuse notre série, mais ce n’est pas encore chose faite. Alors pour le moment, Boréalis est disponible en DVD sur notre site, et est diffusé régulièrement dans des festivals de voyages, partout en France. Pour Lagwiyan, s’il ne trouve pas de diffuseur, il sera également en DVD sur notre site ! En attendant, on croise les doigts.

Votre collecte de financement sur une plateforme de crowdfunding vient de se terminer (nous arrivons trop tard…désolés !), comment pouvons-nous vous soutenir aujourd’hui ?

Tania et Guillaume : En continuant de partager nos actualités ! Votre attention et votre intérêt nous motivent à continuer, c’est un immense soutien. Et bien entendu, en achetant le DVD de Boréalis sur la boutique, vous contribuez à financer Lagwiyan, etc !

Pour terminer, avez-vous une anecdote marquante ou marrante que vous aimeriez nous faire partager ?

Tania : L’anecdote qui nous définit le mieux : la première journée de tournage de Boréalis ! On s’était mis la pression pendant des mois, à préparer notre premier documentaire, à trouver des financements… Malgré nos airs de grands blagueurs détendus, que l’on projette dans nos vidéos, notre premier jour de tournage en Laponie a été plutôt tendu ! On a tenté de suivre le planning de tournage à la lettre, sous une tempête de neige complètement délirante, coûte que coûte… Et le soir nous étions dans notre schéma habituel : moi qui stresse car les images ne sont pas celles dont je rêvais, Guillaume un peu trop détendu qui me rassure en me disant que ce n’est que le début. Cette scène on a finalement eu le temps de la retourner dans de meilleures conditions, pour au final, ne pas la garder au montage car elle ne fonctionnait pas dans la continuité de l’histoire : #fail !  Mais au moins on a tenu bon !

Guillaume : Quand je suis parti en Islande avec deux amis, nous nous sommes retrouvés à chercher un hébergement pour une nuit en basse saison dans un village perdu dans le sud de l’île. Tout était fermé, les hôtels les moins chers et les auberges de jeunesse. Au bout de 3 heures de recherche, nous avons décidé de nous rabattre sur un hôtel plus cher. En arrivant devant l’hôtel, toutes les lumières étaient éteintes, nous pensions qu’une fois de plus l’hôtel serait fermé, mais en fait les portes étaient ouvertes. Nous sommes rentrés à l’intérieur, l’hôtel paraissait abandonné, comme dans le film Shining. Je ne me voyais pas du tout dormir dedans. Finalement le propriétaire est arrivé (il habitait derrière), nous a proposé une chambre pour trois, et nous avons profité d’avoir l’hôtel rien que pour nous, pour faire une séance photo des plus lugubres !

Merci Tania et Guillaume ! Nous vous souhaitons un excellent voyage, des rencontres enrichissantes et de belles images ! 

Visiter le site de On Plie Bagage

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles du même auteur :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus personnalisés, et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus >

Restez informés de nos bons plans

Nouveaux contacts, circuits, offre promo