Globe-trotters et vegan : les mondes de Valérie et Thierry

Globe-trotters et vegan : les mondes de Valérie et Thierry

Thierry et Valérie arpentent le monde et ce qu’il a de beau, d’humain, d’inattendu à leur offrir. Ils se connaissent depuis les bancs de l’école maternelle, se sont construit ensemble en allant toujours dans la même direction. Devenus vegan par conviction, ils partagent dans leur blog tout ce qui fait leur quotidien, de leurs rencontres à la recette du burger végétalien !

Mixer voyages et végétalisme sur un même blog peut paraître incongru, pourtant l’un comme l’autre s’inscrivent, pour Valérie et Thierry, dans une philosophie de vie qu’ils ont construite ensemble et dont ils continuent à dessiner les contours. Ils voyagent, rencontrent, découvrent toujours avec la même spontanéité. Rencontre :

Qu’est-ce qui vous à mis sur les routes?

Mille et une vies blog Voyage

Lorsque j’étais enfant mes parents ont souvent déménagé. Aujourd’hui c’est devenu un mode de vie un peu plus courant, les gens hésitent moins à changer de région pour réaliser leurs projets, mais à l’époque c’était moins répandu. Beaucoup de personnes sont attachées à leur terre, à leurs racines, à leur travail dans le coin de France qui les a vus naître et grandir. Ça n’a jamais été mon cas.

J’avais un oncle qui conduisait des semi-remorques sur toute la France et à 10 ans j’embarquais avec lui pour sillonner les routes pendant mes vacances. A cet âge-là je grandissais dans le restaurant familial, au milieu des routiers, représentants de commerce, ouvriers en déplacement et autres voyageurs au long court. Adolescent, je rêvais d’autres horizons, je voulais prendre le large. A 16 ans, je me suis engagé dans l’armée de l’air, avec en tête les aventures de Tanguy et Laverdure et la fausse idée que l’armée française était une force de paix utile à aider les peuples opprimés (depuis j’ai changé d’opinion…) Je suis parti pour 12 heures de train, direction la base aérienne de Saintes. Pas très exotiques et pas à des milliers de kilomètres, ce «départ du nid» fut néanmoins mon premier grand voyage… Je ne suis resté militaire que 18 mois durant lesquels j’ai beaucoup pratiqué l’auto-stop (pour les plus jeunes : auto-stop = Blablacar version gratuite…). Je prenais souvent la route pour rendre visite, durant mes permissions, à Valérie qui est aujourd’hui mon épouse. Elle, de son côté, vivait bien enracinée à la campagne, à la ferme de ses grands-parents. C’est en vivant avec moi qu’elle a découvert «l’instabilité».

En couple nous avons déménagé en moyenne tous les 5 ans, exploré quelques régions de France, visité quelques pays d’Europe et d’Afrique du Nord. Dans les années 2010 nous sommes partis pour l’Indonésie durant 4 ans ainsi que le Cambodge, la Malaisie, l’Australie et Singapour pour de courts séjours.

Pourquoi vous être lancé dans le blogging?

Quelques mois avant notre départ de Bali, où nous vivions depuis 2 ans, nous avons voulu témoigner de nos plus belles expériences sur place, de nos voyages passés et de ceux à venir. On s’est dit que c’était l’occasion de créer un blog pour communiquer avec nos proches et toutes celles et ceux qui voudraient bien nous lire. Ce fut une période difficile car notre retour en France était involontaire. Nous étions parti vivre à Bali parce-que nous avions investi pratiquement toutes nos économies dans un projet de création de maison d’hôtes vegane et eco-friendly. C’était «le grand projet de notre vie» qui nous tenait plus que tout à cœur et au final les français à qui nous avions fait confiance, ont dilapidé la totalité des fonds. A cette période nous ne savions pas encore si le retour en France serait définitif ou non mais nous savions que de toute façon, ici où là, nous aurions bien des occasions de poster des articles sur le blog. Nous avons tellement souvent changé de situations et de lieux de vie qu’il était évident d’appeler le site «les1001vies». Le blog traite de 3 thématiques principales: le voyage, le végétarisme et le changement de vie. Actuellement nous avons posé nos valises en Provence où nous pensons rester quelques années mais ici ou ailleurs, d’une façon ou d’une autre, le voyage continue!

Si vous deviez choisir un pays / une ville, le/laquelle et pourquoi?

Si je devais choisir, maintenant, un endroit où aller se serait forcément un endroit que je ne connais pas encore… Nous aimerions beaucoup découvrir l’Amérique Latine à commencer par le Costa Rica et l’Uruguay. Pour les lieux que nous connaissons déjà, Bali est sans nul doute un endroit qui restera dans nos mémoires. On peut y trouver le pire comme le meilleur. La simplicité du mode de vie des balinais, leur quiétude apparente, leurs sourires, leur joie communicative, leur accueil, la beauté des lieux, le brassage des cultures, la richesse des rencontres font partis des meilleurs choses. A l’opposé, comme malheureusement dans beaucoup d’endroit au monde, Bali fait maintenant figure de paradis en perdition. L’ombre des cocotiers abrite bien souvent un quotidien moins idyllique, plus rude et plus violent qu’on ne l’imagine. Par ailleurs, le flot continuel du tourisme de masse, la vie moderne et son lot de pollutions en tout genre, la promotion immobilière, les inégalités sociales et d’autres maux font des ravages sur cette île plus petite que la Corse.

Nous aimerions aussi retourner en Australie pour explorer ce vaste territoire et avoir un pied à terre à Sydney. C’est une ville accueillante pour les végétaliens, cosmopolite, proche de la nature et dynamique.

Votre meilleur souvenir de voyage

Sans aucun doute, notre rencontre avec Joyce, une jeune Singapourienne que nous avons rencontré dans son pays. Alors qu’on ne se connaissait et que nous n’avons passé qu’une seule soirée ensembles, Joyce a fait preuve d’une générosité et d’une disponibilité incroyable. Avec son ami Kenneth, elle nous a fait découvrir des quartiers de Singapour, nous a invité dans l’un des meilleurs restaurants végétarien de Little India, nous a offert le taxi jusqu’à l’aéroport et nous a tenu compagnie jusqu’au départ du vol. Recevoir tant d’amour et d’amitié sans attente en retour, en si peu de temps, est exceptionnel. Les rencontres avec des personnes au grand cœur, qui dégagent sagesse et sérénité vous fond grandir et devenir humble. C’est ce que nous avons eu la chance de vivre également en Malaisie au cours du Congrès mondial végétarien de 2013. Nous avons échangé, sympathisé et tissé de li
ens avec des personnalités venues des quatre coins de la terre et nous y repensons souvent avec bonheur.Mille et une vies blog Voyage

Trois conseils aux voyageurs

  1. Se construire son opinion sur place en fonction de sa propre expérience et ne pas prendre pour argent comptant les dires des uns et des autres. Les témoignages des locaux, des baroudeurs, des globe-trotters, des touristes, des compatriotes, des expatriés peuvent tout autant se révéler très judicieux que parfois très douteux. Il est important de garder de la distance avec les conseils et de savoir faire le tri… (et c’est valable aussi pour ce que je dis!). Les blogs parlent plus souvent des bonnes expériences et des bons souvenirs mais pour 1 voyage réussi combien d’autres se transforment en échec plus ou moins cuisant? Quand on voyage en dehors des circuits balisés il faut être prêt à assumer les risques liés aux passages difficiles.
  2. Pour voyager le mieux est de se mettre en route… Cela paraît évident et pourtant trop de gens ne partent jamais car ils réfléchissent trop. Où aller, par où commencer, quelle région, quel moyen de locomotion, quel continent, quel pays est le plus sûr, combien faut-il prévoir de budget etc. Toutes ces questions, et d’autres, sont importantes pour préparer un voyage. Mais si elles prennent trop de place au point de toujours retarder le départ alors il risque de ne jamais y avoir de départ… A choisir je préfère encore partir sans rien préparer. C’est en faisant face aux difficultés, aux épreuves, aux imprévus que l’on apprend, qu’on imagine des solutions, qu’on acquière de l’expérience et que l’on se découvre des facultés d’adaptation. Toujours tout prévoir est impossible et il faut savoir l’accepter pour voyager serein.
  3. A contrario si l’on souhaite s’établir plus durablement à l’étranger, s’expatrier, mieux vaut préparer le terrain en passant quelques semaines (ou mieux quelques mois) sur place avant de tout abandonner en France! Nous sommes bien placés pour vous en parler. Nous avons visité Bali 2 années durant avant de nous y établir, à raison d’environ 2 semaines chaque trimestre. Pour autant cela n’a pas suffi à nous protéger de la faillite! Nous avons négligé certains aspects de notre projet, à commencer par la fiabilité et la notoriété sur place de nos «associés». C’est pour cela qu’il ne faut pas hésiter à remettre en question les «bons conseils» de certains de vos interlocuteurs en allant chercher vous-même l’information. Cela demande de la curiosité et du temps. Par facilité, surtout quand on maîtrise mal l’Anglais et les langues étrangères, on se tourne vers des francophones. Ce n’est pas forcément un gage de sécurité car certains escrocs en font un atout pour vous mettre en confiance et mieux vous dépouiller.

Ce qui vous a convaincu dans le véganisme et en quoi vous le liez au voyage

Pour nous deux, le véganisme s’est imposé comme une évidence. A notre sens, c’est la façon de vivre la plus cohérente possible avec nos valeurs. Nous sommes animés par une démarche de non-violence envers les animaux mais c’est une action qui va bien au-delà. En étant vegan vous devenez automatiquement plus respectueux de la planète et de ses habitants, plus respectueux de votre santé et de celle de l’humanité, plus ouverts sur le monde du vivant, plus en adéquation avec ce que vous pensez. A l’inverse, se dire par exemple militant écologiste, pacifiste ou encore protecteur des animaux sans être vegan n’a, pour nous, d’autre sens que d’envoyer le message « faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais ». Ne plus se nourrir de la souffrance et de la mort des animaux est l’action la plus simple, la plus facile, la plus quotidienne et la plus efficace à mettre en œuvre pour essayer de devenir meilleur et de rendre le monde meilleur.

Il n’y a pas de lien particulier entre voyage et veganisme sur le blog. « Les1001vies » traite des deux thématiques parce que ce sont des sujets sur lesquels nous avons envie de partager une modeste mais forcément unique expérience. La plupart de nos articles sur le voyage ne parlent pas, ou très peu, de veganisme et vice-versa. Quand il y a une raison bien particulière de parler des 2 thèmes en même temps nous le faisons dans une rubrique dédiée : « Voyage et végétarisme ».

Thierry

Besoin d’aide pour vos voyages ?

Les experts locaux vous proposent des voyages sur mesure