Le Selous, une destination hors du temps

Le Selous, une destination hors du temps

Trois mois plus tard, nous voila partis pour ce parc mystérieux, situé à 250 km au sud de Dar es Salam, une petite journée de route et de piste.

Ses rivières et ses lacs

Nous arrivons en fin de journée par une piste sablonneuse. Installation des tentes à l’Hippo Camp, nom prédestiné, situé à 6 km de l’entrée du parc au bord de la rivière Ruffiji. Il est 17h, les hippopotames sont dans la rivière en face du camping à nous accueillir par de superbes vocalises. Nous les entendrons toute la nuit, c’est aussi bien que les grenouilles, en moins mélodieux.

Le lendemain matin, nous pénétrons dans le parc, et après deux heures de piste, nous avons croisé seulement trois véhicules avec en tout 7 touristes peu bruyants et respectueux. Une impression  de tranquillité,  de plénitude se dégage de cette nature. C’est un véritable bonheur à notre époque de trouver un endroit qui ne soit pas envahi par le tourisme, et je l’ai trouvé.

La faune sauvage est variée, bien présente, plus sauvage, plus timide que dans les parcs du nord de la Tanzanie. Les paysages sont variés: des forêts galeries, des plaines parsemées de palmiers doum et d’acacias.

La rivière a formé des lacs, nous traversons des rivières asséchées bordées de forêt galerie, où de nombreux troupeaux d’éléphants aiment à séjourner, ils y  trouvent la fraîcheur pendant les fortes chaleurs et une nourriture abondante.

Cela me fait penser à un jardin.

Le Baobab déploie ses “voiles”

Près du lac Manzé un énorme baobab, millénaire selon les dires des rangers du parc, déploie sa ramure gigantesque, ce ne sont plus des branches mais des voiles. Dorénavant je l’embrasse à chacun de mes passages, sorte de rituel, de respect envers cet arbre qui a su se préserver de la gloutonnerie des éléphants qui raffolent de l’écorce et des fibres qui composent son tronc, véritable réservoir d’eau, qui pendant les long mois de sécheresse devient  source de vie.

Les animaux se retrouvent matin et soir sur les berges de la rivière ou des lacs. Les hippopotames ainsi que les crocodiles sont en grand nombre dès qu’il y a un peu d’eau, les éléphants sont de la partie et les prédateurs ne sont pas de reste, il manque le guépard et le rhinocéros est en réintroduction, dans une partie du parc inaccessible aux visiteurs pour leur sécurité et leur tranquillité.

Le seul camping, situé au sud à environ 45 km de la seconde entrée du parc et perché sur une colline, domine le lac Tagalala, le plus profond de tout les lacs du Selous. La nuit vous serez bercé par qui ? et bien toujours les mêmes, nos amis les hippos.

Pour ceux qui voudraient plus de confort, il existe une dizaine de lodges luxueux implantés au bord de la rivière Ruffiji

Je suis vraiment tombé amoureux de ce parc.

Bon j’y retourne, à plus tard… au plaisir de vous y emmener.

 Article rédigé par: Galago Expéditions

 

Contacter Galago Expéditions pour avoir plus de renseignements

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles du même auteur :

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus personnalisés, et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus >

Restez informés de nos bons plans

Nouveaux contacts, circuits, offre promo