Ocean Cleanerzh : Trois Bretons à la rescousse des littoraux

Ocean Cleanerzh : Trois Bretons à la rescousse des littoraux

Ocean Cleanerzh est le projet pour le moins ambitieux de Aurélien, Clément et Jordan, trois amis amoureux de leur Bretagne natale, mais plus encore des océans et de la nature. Ils se sont fixés pour objectif d’œuvrer pendant un an à la protection des littoraux à travers le monde.

Via des rencontres sous forme de reportages avec des acteurs locaux de l’environnement, un programme de sensibilisation des enfants concernés par les littoraux pollués et des actions positives sur le terrain, les trois compères espèrent sensibiliser à la problématique mondiale et encourager à la dépollution des océans, avec leur projet “Ocean Cleanerzh”. D’origines très diverses, des pollutions qui impactent l’environnement.

Aurélien Trotel à 22 ans, il est ingénieur en génie industriel. Clément Trotel, 25 ans, exerce dans le commerce international. Il est surtout voyageur invétéré. Et Jordan Bili Prodomme, 23 ans, est ingénieur Réseaux et Télécom. Ils sont partis pour un « itinéraire sans objectif de date », estimant que « les rencontres guideront notre désir d’agir et d’intervenir dans telle ou telle zone ». Ils ont donc commencé en Australie, pour 6 mois minimum.

Ils continueront ensuite avec l’Indonésie en Asie puis en Amérique du Sud : Équateur, Pérou, Chili et Argentine. Leur projet se compose en trois grands axes : rencontrer, partager, agir.

Ocean Cleanerzh : un projet environnemental et pédagogique ambitieux

  • Rencontrer : Ce sont ici les 60 acteurs visés : les associations océanographiques, les locaux, les entreprises, les scientifiques… Quiconque œuvre pour la protection de l’environnement sur place. Ils recueillent les problématiques locales ainsi que les solutions envisagées, en place ou à apporter, puis relaient leurs témoignages via leur site et Facebook.
  • Partager : en particulier les jeunes. Ils visent à sensibiliser 3000 jeunes dans les écoles au cours de leur périple, « premiers concernés dans la construction du monde de demain et la préservation de nos ressources. »
  • Agir : à travers les actions concrètes qu’ils mettent en place au fil de leur parcours. La sensibilisation des jeunes en fait évidemment partie, le recueil de témoignages également, mais ils ne s’arrêtent pas là. Leur projet est ponctué de séances de ramassages de déchets le long des littoraux qu’ils arpentent. Ils ont ainsi prévu 45 collectes, avec pesée des détritus à la fin.

Le tout se place dans un projet scientifique plus grand, Algobox, mené par le laboratoire de Géosciences Marines et de Géomorphologie des littoraux de l’UBS (Université de Bretagne Sud). Ils sont soutenus dans leur démarche par des partenaires comme la Fondation Nicolas Hulot ou la Surfrider Foundation, en particulier Initiatives Océans qui leur fournit le matériel de collectes des déchets.

Pour dérouler le menu, cliquer sur le volet en haut à gauche de la carte.

Pourquoi la préservation des océans est un enjeu majeur pour l’environnement

En seulement trois mois, ce sont déjà plusieurs centaines de kilos de déchets ramassés sur les plages australiennes. Si l’on prend l’exemple de la plage principale de Byron Bay, ce sont dix kilos collectés en seulement une heure et demie ! Essentiellement composés de plastiques et d’origines domestiques, les polluants qui menacent les eaux océaniques ne sont pas tous aussi évidentes. Certaines moins visibles sont tout autant, voire plus, destructrices pour l’équilibre des océans.

L’occasion d’évoquer la destruction de la grande barrière de Corail, principalement dans sa partie septentrionale. Dans ce cas, ce sont les engrais chimiques qui sont principalement incriminés, ainsi que les dégazages des chalutiers, voire le délestage de produits toxiques pour éviter les taxes une fois à quais. Ces éléments, combinés au réchauffement climatique, créent un combo meurtrier pour tout l’écosystème maritime.

Le ramassage des déchets n’est évidemment pas suffisant en soi, mais les trois amis nous rappellent judicieusement ces mots de Mère Térésa, « Nous réalisons que ce que nous accomplissons n’est qu’une goutte dans l’océan. Mais si cette goutte n’existait pas, elle manquerait. »

 

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur pinterest
Partager sur whatsapp
Articles du même auteur :
benin terre vodou agence locale bacolo tours afrique
Bénin

Le Bénin, Terre du Vodoun

Le Vaudou reste une pratique peu connu ou matérialisé dans les médias comme une pratique de “magie noire”. En réalité, cette pratique relève beaucoup de la protection et une pratique culturelle.

Lire la suite >
× On discute sur Whatsapp ?

Présentez votre projet de voyage

Aussi sur Whatsapp

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des services et contenus personnalisés, et réaliser des statistiques de visite. En savoir plus >

Restez informés de nos bons plans

Nouveaux contacts, circuits, offre promo