Voyager eco-responsable en Islande

Jean-Marc de l’agence locale Alkemia, vous partage son point de vue sur le tourisme eco-responsable en Islande. Il décrit comment son agence installée dans le nord de l’Islande s’engage auprès des voyageurs dans cette démarche responsable et vous dévoile ses précieux conseils pour voyager de façon éthique en Islande.

Selon toi Jean-Marc, que représente le tourisme eco-responsable en Islande ?

Le tourisme eco-responsable est selon nous une manière de voyager qui respecte à la fois le voyageur, l’environnement et les locaux. Il est aujourd’hui promu par tous les acteurs du tourisme mais reste souvent une façade de marketing. Les labels ne changent rien car ils sont créés et gérés par les agences qui les utilisent.

L’Islande est une nature très préservée par le fait que la densité de population soit faible. Il est donc très important que nos amis visiteurs prennent consciences de ses aspects et soient plus responsables et exigeants.

De quelle manière Alkemia s’engage dans le voyage eco-responsable en Islande ?

Notre agence s’engage en plantant des arbres, environ 2 arbres pour un visiteur. La présence des arbres est particulièrement importante en Islande pour lutter contre l’érosion. Nous privilégions aussi tous les prestataires et partenaires qui ont un engagement réel dans un tourisme eco-responsable. Nous créons des voyages en essayant autant que possible de réduire les distances parcourues, toujours privilégier la qualité à la quantité, en toute chose. Nous évitons aussi à nos voyageurs les pièges à touristes, par exemple les excursions baleines sans baleines….

le tourisme eco responsable en Islande

Quels sont tes conseils pour voyager de façon eco-responsable en Islande ?

Renoncer à tout voir, et plutôt mieux visiter. Nous contacter pour créer votre voyage et ainsi travailler avec des locaux qui vous donneront des conseils pour être respectueux d’une nature inconnue. Faire appel à des sites comme Airbnb ou autre, peut être intéressant financièrement pour vous, mais c’est au détriment des locaux (spéculation immobilière +20% par an…) et de l’environnement, car les voyageurs sont sans conseils.
Nous faire aussi confiance pour vous proposer des voyages autrement et hors des chemins habituels, et ainsi éviter d’aller sur les sites marketés sur le web: « les incontournables », et se retrouver ainsi avec 30 bus. Nous conseillons de manger le plus local possible et privilégier les découvertes à pied.

Dans ton pays, quels sites sont affectés par le tourisme de masse ?

Les sites sont principalement ceux situés à proximité de Reykjavik dans un rayon de 150 kms et donc accessibles dans les excursions à la journée, véritable calamité pour l’environnement. Jokulsarlon est par exemple organisé à la journée avec environ 850 kms A/R, c’est donc une journée de bus avant tout.Il fallait oser…et cela marche.
Landmannalaugar est aussi victime de son succès.
Coluche disait qu’il suffirait que les gens n’achètent plus pour que cela ne se vende plus. Et vous, qu’en pensez vous?

En savoir plus sur l'Islande
grâce à Jean-Marc de Alkemia