Voir les éléphants en Thaïlande, mais d’une autre façon!

Bonjour tout le monde !
Aujourd’hui, on se retrouve pour un article un petit peu plus joyeux que le précédent ! Et oui, après avoir dénoncé les pratiques barbares sur les éléphants en Thaïlande, place à une forme de solution ! Nous espérons dans les années à venir arriver à diminuer considérablement le nombre de camps de trekking, voire les supprimer complètement, et orienter les touristes davantage vers ces centres appelés « sanctuaires ».

Gardons cependant à l’esprit que ces sanctuaires sont effectivement meilleurs pour la santé des éléphants en captivité mais qu’ils ne leur offriront jamais une vie aussi belle que celle d’un éléphant sauvage. Dès que l’éléphant se trouve dans un centre dirigé par l’Homme pour le tourisme, même dit éthique, l’éléphant est passé par la phase du phajaan. Les sanctuaires sont pour le moment une meilleure approche, une alternative momentanément plus éthique aux camps de trekking.

Les santuaires d’éléphants en Thaïlande

Le point commun et la condition sinequanone de ces dits sanctuaires est le refus catégorique de monte de l’éléphant. Les mahouts sont autorisés à conduire leur éléphant en se positionnant sur leur nuque (beaucoup moins fragile que leur dos) et sans armatures, mais vous ne verrez jamais un touriste (ou visiteurs comme on préfère les appeler) en faire de même ! Ici, on reconnaît les méfaits du trekking sur l’éléphant, qu’il s’agisse des conditions déplorables dans lesquelles les éléphants doivent travailler ou de leur manque de considération de l’animal en tant qu’être vivant et sensible.

Pour satisfaire la demande des visiteurs souhaitant tout de même passer un moment privilégié avec le pachyderme, les sanctuaires proposent souvent deux activités phares : le bain et le nourrissage.

voir les éléphants en Thaïlande

Le bain et le nourrissage des éléphants en Thaïlande

Le bain des éléphants est sans doute l’activité la plus attendue et appréciée par le visiteur. En effet, vous êtes au plus proche de l’animal, dans un environnement souvent rendu le plus naturel possible (une rivière locale par exemple) et puis il semble y prendre tant de plaisir ! Les éléphants sont très joueurs, ils adorent jouer dans l’eau, dans la boue, dans le sable ! Le bain, dans certaines conditions, peut représenter un moment tout à fait ludique pour eux !

Deux possibilités de bain se font généralement dans ces centres : soit le bain de boue, soit le bain d’eau.
Le bain de boue est essentiel pour l’animal et se fait la majeure partie du temps entre 12 et 14 heures, lorsque le soleil est haut dans le ciel. La boue a plusieurs vertus pour nos éléphants. D’abord, il protège du soleil. Comme nous vous l’avons appris dans les précédents articles, la peau de l’éléphant d’Asie ne le protège pas des coups de soleil ! La boue est un bon moyen de faire barrière, mais pas que ! La boue joue aussi le rôle de régulateur thermique et de protection anti-moustiques et autres insectes. Les éléphants, pour se ventiler, n’ont que leurs oreilles dont la peau est très fine. Quand ils « battent des oreilles », l’air frais provoqué se dissipe et permet au sang des nombreuses veines de cette partie du corps de refroidir rapidement. Ce sang, frais, sera ensuite envoyé dans tout le reste du corps. La boue suit le même principe de thermodynamique.
La 2e activité phare a souvent lieu en début et en fin de journée. Dans la plupart des centres, il vous sera proposé de nourrir l’animal qui vous aura accompagné pour la journée. Ici, de nouveau plusieurs possibilités. La première, la plus courante, est de le nourrir avec un panier de fruits frais. Les fruits proposés sont souvent les bananes, les ananas et les melons. Des tubercules d’igname, des concombres et des potirons font aussi souvent partie du repas. Il vous suffit alors de prendre le fruit ou le légume et de le tendre à l’éléphant qui viendra le chercher délicatement avec sa trompe pour ensuite l’engouffrer dans sa bouche et se régaler !

La seconde possibilité proposée par les sanctuaires est de cuisiner avec le personnel des boules de riz collant avec de la mangue ou du potiron cuit. En général, c’est donné aux éléphants malades ou qui n’ont plus de dents, mais il vaut mieux éviter d’en donner de trop aux éléphants en bonne santé ! Vous participez donc à la préparation du repas et finirez votre journée en beauté en offrant votre met à votre éléphant.

profiter de moments privilégiés avec les éléphants en Thaïlande

Ce qu’on aime dans ces centres

Les animaux ne sont plus montés et ne doivent plus porter des poids hallucinants durant plusieurs heures chaque jour. Ils sont souvent localisés dans un endroit plus naturel qu’en pleine ville, ce qui est également meilleur pour leur santé de par le soleil tapant (ils peuvent ici s’abriter du soleil à l’ombre des arbres) et les sur-stimulations vibratoires perçues par leurs pieds ultra-sensibles en centre-ville. Les activités proposées aux visiteurs ne sont pas néfastes pour la santé de l’animal, ce sont des activités qui de base se veulent naturelles et appréciables par l’éléphant. Il y a en général une présentation éducative sur l’animal, pas uniquement un tourisme sans but de sensibilisation et d’apprentissage. Enfin, les visiteurs ont l’occasion de vivre des instants magiques au plus près de leur animal favori et de les observer ! La visite d’un sanctuaire, c’est un bon compromis entre l’envie irrésistible de rencontrer l’animal emblématique du Pays du Sourire et ne pas en faire votre esclave !

Ce qu’on aime moins dans ces centres

Les fausses idées véhiculées les mettant parfois sur un piédestal en oubliant que s’ils existent, c’est parce que le phajaan a encore lieu … Pour apprendre les dessous cachés et se faire une opinion impartiale en toute connaissance de cause, retrouvez-nous pour un article à cœur ouvert en rétrospective d’un mois de volontariat dans un de ces centres la semaine prochaine !

En conclusion, nous pensons que c’est une alternative idéale à moyen terme ! Considérablement mieux que les camps de trekking, mais encore un business touristique ne valant pas l’observation du pachyderme dans son environnement naturel. Il est un bon compromis entre respect de l’animal et interactions inoubliables avec cet être majestueux.

En savoir plus sur la Thaïlande
grâce à Ethika Siam